Appel à sondage

J‘ai besoin d‘un peu de votre temps et de votre sensibilité pour répondre à un bref sondage.
Cette enquête est anonyme. Elle dure à peine 5 minutes.

Si vous acceptez, sachez que votre aide me sera précieuse.

Délai de réponse: 15 avril 2021

I

Le trou de la voisine

(…) Le cri revient à nouveau. Cela l’a réveille complètement. Un cri suivi d’un ordre, un chhhhhhut impératif, un la nouvelle voisine va t’entendre, que va-t-elle penser de nous, de toi, enfin de nous… et la saccade reprend, un bruit de locomotive essouflée, un soupir rauque.

Elle se lève en direction de la paroi, celle dont provient la rumeur ahanante et elle se colle à même le papier peint, l’oreille attentive, plaquée contre le bois pour en ressentir les vibrations. Dans l’angle de la pièce, à l’encoignure du couloir, à hauteur d’oeil, peut-être légèrement en-dessous, un renfoncement est perceptible, un léger creux, comme un vide derrière le papier. Elle gratte un peu, perce la surface et un filet d’air minuscule en sort. Elle aventure un oeil dans la fente. (…)

Le trou de la voisine

Le cinquième numéro de la collection des déjantérotiques.

12 nouvelles, signées par Pierre Crevoisier, enregistrées sous la forme de podcasts et illustrées par 12 femmes artistes suisses. Les oeuvres forment une série et seront disponibles sur cette plateforme, à raison d’une par mois durant toute l’année 2021.

La Disparition

Une nouvelle originale de la collection des déjantérotiques,  “Le trou de la voisine”, de Pierre Crevoisier, sous la forme d’un livret, sur papier Extraprint. 20 pages.

Un podcast mise en musique et réalisé par Alain Tissot, lu par Pierre Crevoisier.

Le trou de la voisine, vu par Nada Stauber

Une oeuvre de l’artiste Nada Stauber
Sérigraphie sur papier Conqueror 300g
format 25/32.5 cm
tirage limité – 50 exemplaires
numérotés et signés

Adrienne Barman

Nada StauberNée en 1960 à Beyrouth. Elle obtient son Master en graphisme à l’ECAL et se lance en indépendante. Affiches culturelles, illustration, bande dessinée, elle travaille pour les théâtres lausannois (Vidy, Kléber-Meleau) et pour la presse. Puis elle a quatre enfants et un atelier où elle travaille le papier mâché et la peinture qu’elle expose en Suisse et ailleurs. Son univers à la fois rigoureux et ludique lui vaut quelques prix, notamment à BD Sierre et à la Triennale du Papier de Charmey. En 2013, elle obtient un Master en études muséales et travaille dans la médiation au Musée historique de Lausanne. Ainsi naît go to art, son programme de Workshops d’arts visuels dans les musées et de « voyages dessinés » à l’étranger.


Avez-vous un abonnement?

13 Commentaires

  1. Vivienne

    Je viens d’écouter Maria, calée dans un fauteuil au jardin, le soleil encore chaud. J’ai beaucoup aimé. L’ambiance, l’Italie (quel accent…!), la sensualité du début jusqu’à la fin, ta voix, une belle voix qui raconte, l’histoire de cette dame qui prend de l’âge et qui se souvient toujours des mains de l’homme qu’elle a aimé, sous elle, en elle. Ses fesses contre le cuir chaud. C’est très beau. Fin. Élégant. Sensuel.

    Réponse
  2. Mireille

    Très très joli
    Très apprécié
    On a adoré
    Le propos
    Les mots
    L’objet
    L’esthétique
    Bravo et merci de tout coeur de ce moment de plaisir.

    Réponse
  3. Marie-France

    Joli réveil ce matin avec ta voix contant « la disparition ».
    Merci Pierre, quel talent d’auteur…tu nous emmènes dans les méandres de ton imaginaire pour soudain nous heurter à une réalité puis nous emmener voler toujours plus vers tes hauteurs à dos de poisson…ou de sirène, c’est selon.
    Avec ta voix en plus, c’est déliciel!

    Réponse
  4. Marianne

    Bravo pour cette histoire déjantée et pleine de sensualité !!! Tes mots sont des délices à découvrir chaque mois !

    Réponse
  5. Rachel

    Bô et Bon.
    Tous les sens y sont.
    Bravo

    Réponse
  6. Michèle

    Ce troisième cahier est tout aussi palpitant et poétique. Lu relu écouté et toujours le même plaisir d’entendre ta voix. (…) Mes copines sont aussi sous le charme.

    Réponse
  7. Corinne

    Elles s’égrènent, les nouvelles de Pierre, dorées et justeuses comme un grain de raisin croquant, dans notre bouche gourmande.
    Et les illustrations (bravo les filles, j’adore), pour le plaisir et le vif – dans les yeux.
    Elles arrivent dans ma boîte aux lettres, rien que pour moi, soigneusement emballées dans un papier de soie.
    Quels plaisirs ! du papier sous les doigts, des mots au dedans, des histoires et des illustrations.
    J’adore.

    Réponse
  8. Christine

    .Je me suis inscrite pour recevoir « Le secret de Maria ».
    Quelle surprise en le recevant! Un emballage délicat et soigné, un vrai cadeau qui m’a réchauffé le cœur! Comme une attention très personnelle.
    La publication en elle-même est d’une belle qualité. Un texte surprenant, bien ficelé et envoûtant.
    Je vous remercie d’avoir envoyé ce rayon de soleil qui m’a permis un moment d’évasion. Merci pour ce texte si bien illustré!

    Réponse
  9. Jo

    Quel bonheur en ce dimanche matin pluvieux, blottie au coin du feu, de chevaucher un tapis volant et de me laisser emporter en quête du Grand Coquelicot, tout en ne me doutant pas que le voyage ne fait que commencer … pour m’emporter vers des espaces encore bien plus improbables, bien plus fous, bien plus intimes … jusqu’à m’inviter à m’habiller, à mettre mes souliers, à prendre mon bâton et à me rendre au rendez-vous du Grand Noyer… Merci!

    Réponse
  10. Corinne

    J ai reçu ma petite enveloppe cartonnée et son contenu délicat
    La nouvelle
    Tout aussi jolie
    Et si originale
    Je pense que c’est ma préférée
    Avec la nouvelle de SF
    Elles sont toutes magnifiques
    Mais c’est comme les fleurs
    On les aime fleurs
    Forcément
    Mais on a ses fragrances, ses couleurs, ses formes
    Que l’on préfère un peu plus. (…)
    J aime bcp bcp cette nouvelle.

    Réponse
  11. Rita

    L’arbre de vie !!!!! Très volontiers des ballades comme celle-là. (…) J’ai une fois de plus adoré tes descriptions d’observateur hors pair des mouvements organiques, végétaux, humains. Encore une fois, tu nous embarques et voilà que soudainement – hélas ! – on a peine à retrouver le quotidien.
    (…) C’est beau ce que tu écris et on reconnaît tes mots. Tu es un écrivain dont on connaît la touche entre mille !

    Réponse
  12. Sophie

    Merci pour cet instant de poésie.
    La douceur des mots ciselés avec grâce dans cet écrin où se mêle la voix de l’auteur et les notes fraîches du piano.
    J’attends impatiemment de découvrir la suite et de retrouver, dans mon quotidien frénétique, fracassé cette bulle de sensualité.

    Réponse
  13. Josiane

    J’ai été très touchée par ce caresseur de mots et cette femme en quête de l’amour sublime. Et pourtant “Elle n’échappa ni aux petitesses ni à la vulgarité” et cela me parle en plein coeur … cela rejoint mon éternel questionnement … comment est-il possible que l’amour, la sexualité puissent à la fois avoir la couleur de la lumière la plus sublime et celle de l’ombre la plus glauque. La touche de poésie a caressé mon âme et la cerise sur le gâteau … la quête du graal … “apapachao” … ce mot résonne comme une terre promise … et me donne de l’espoir …

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

        

DESIGN BY INFOMANIAK | POWERED BY WORDPRESS 

J'aime autant vous dire!

J'aime autant vous dire!

Je m'inscris à la lettre du Poisson volant

Le Poisson vole! On vous donne des nouvelles!